Jardiner le sauvage veux exploiter un terrain laissé en état de friche, au cœur d’un quartier dense en bureaux.

Il s’agit d’actions ponctuelles qui ont vu le jour sur la Friche Eggevoort : des actions ciblées de jardinage; plantation d’espèces mellifères ou anciennes; des rencontres d’observation régulières avec des experts et des amis passionnés par la faune et la flore ; une taxonomie végétale (Herbier Eggevoort : recensement subjectif de ce qu’on y trouve comme plantes, au fil de l’année 2014- 2015.)

Dans une friche certaines espèces spontanées ont tendance à proliférer comme les orties, érables sycomores, liseron et empêchent le développement d’une diversité plus riche. Ainsi, PUM
proposait un mode de gestion minimale qui, tout en prenant garde de ne pas épuiser le milieu, tire parti de ces ressources pour le développement d’un réservoir considérable de biodiversité.